Le Barcarès était un cul-de-sac, on arrivait et on repartait par Saint-Laurent de la Salanque (par une petite route elle-même sans issue aujourd’hui, coupée par la 4 voies).